Le Bio en restauration est-il toujours à la mode?

Le bio est une tendance de fond en France et les chiffres de consommation des produits bio progressent de façon constante depuis ces 10 dernière années.

En 2014, des Français consommaient au moins un produit bio au moins une fois par mois et 20 au moins une fois par semaine (selon une étude réalisée par l’Agence Française pour le développement et la promotion de l’agriculture biologique).

Les produits consommés sont également diversifiés pour s’étendre par exemple au vin. Est-il pour autant toujours bénéfique de proposer une offre de restauration bio?
Je répond aujourd’hui à cette question.

Le bio est-il rentable pour mon restaurant?

Toute la question est en effet de savoir si le Bio est un argument de vente suffisamment fort pour convaincre les consommateurs de privilégier un restaurant proposant une carte à base d’aliments biologiques mais surtout, pour accepter de payer une addition plus salée que pour une offre de restauration classique.

Les produits bio sont sensiblement plus chers que les produits conventionnels, mais les clients veulent pouvoir manger pour moins de 15 euros.
Vous pouvez néanmoins préserver votre marge en étant inventif. Travaillez par exemple davantage de plats végétariens et limitez les plats à base de viande ou de poisson à un ou deux plats du jours par semaine.

Est-ce un argument suffisant pour me distinguer de la concurrence?

En effet, la restauration bio s’est considérablement démocratisée ces dernières années et un nombre croissant de restaurateurs se lancent chaque année sur ce marché.
Se lancer dans le biologique a-t-il donc perdu de son intérêt en vous noyant dans une offre de plus en plus dense?

Oui et non. Car s’il existe de plus en plus de restaurants bio, le message derrière les bienfaits d’une alimentation biologique et la nécessité de soutenir une agriculture plus raisonnée ont tendance à disparaître pour n’être plus qu’un argument commercial.

Vous pouvez donc toujours tirer votre épingle du jeu en adoptant une démarche rigoureuse et des convictions fortes.

Mixez par exemple le bio avec le local sourcing.

Être précurseur en matière de restauration bio aujourd’hui signifie aussi une part de pédagogie des consommateurs encore peu habitués à certains produits issus de l’agriculture biologique comme le vin par exemple.
Si le label bio sur la carte des vins peine encore à s’imposer, c’est aussi un bon moyen de vous différencier.

A condition de savoir les mettre en avant et d’accompagner votre client dans sa dégustation.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *