Comment fixer les prix de la carte ?

La carte que vous allez proposer à vos clients est vraiment le point central de votre activité. Au-delà du côté promotionnel ou marketing, pharm c’est également avec votre carte que vous allez fixer vos tarifs.

Une étude très intéressante sur les tarifs pratiqués dans les établissements de restauration a mis en avant l’élément suivant : il existe un prix minimum en deçà duquel le consommateur n’accepterait pas d’acheter le produit ; et il y a également un prix maximum au-dessus duquel le consommateur ne saurait l’acheter.

prix restaurant

Trouver le juste prix, here voilà la véritable difficulté !

Pour vous aider à fixer les prix dans votre restaurant, buy cialis vous pouvez utiliser les principes d’OMNES. Voici la méthode sur laquelle vous appuyer :

1. La dispersion des prix

Commencez par déterminer la dispersion des prix de la carte pour chaque gamme de produit en plaçant l’ensemble des prix en trois tranches :
· Tranche basse
· Tranche médiane
· Tranche haute
La tranche médiane doit comporter un nombre de références de prix au moins égal au total des 2 autres tranches.

2. Ouverture de la gamme

Dans chaque tranche l’ouverture de prix entre le prix le plus bas et celui le plus haut ne doit pas être supérieure à 2,5.

3. Rapport qualité –prix

Le rapport doit être égal au prix moyen demandé – soit PMD – qui sera divisé par le prix moyen offert – qu’on appellera PMO.
Le PMD est égal au chiffre d’affaires divisé par les quantités vendues, et le PMO correspond à la somme des prix de vente divisé par le nombre de plats.
Pour une mĂŞme gamme de produits, le rapport doit ĂŞtre compris entre 0,90 et 1. La mĂŞme Ă©tude doit ĂŞtre faite pour les menus.

A lire : Bien faire la carte de son restaurant

4. Mise en avant des produits.

La mise en avant des produits doit être centrée sur les plats se situant au milieu de chaque gamme.

Exemples

Avec ces 2 plats (une entrée – un poisson) avec un écart important dans le prix
de revient et pour lesquels on applique le mĂŞme coefficient multiplicateur ou le
même objectif en termes de « coût matières ». Qu’en résulte-t-il ?

1er plat : Fondant de volaille : son prix de revient hors taxes est de 2,00 € la portion.
L’application d’un coefficient multiplicateur de 4 donne un prix de vente de 8 € TTC, ce qui correspond à un coût matières de 26,37 sur le HT (TVA à 5,5 %) ou de 25 % sur le TTC.

On considère que le prix de vente réel doit tenir compte de la clientèle, de l’emplacement, de la réputation, du niveau de l’établissement (référencé dans les guides). C’est pourquoi, le prix de vente réel peut être fixé à 10 € TTC soit 9,47 € HT (TVA à 5,5 %)

2èmeplat : Filets de sole à la dieppoise : son prix de revient hors taxes est de 7 € la portion.
En appliquant un coefficient multiplicateur de 4, on obtient un prix de vente de 28 € TTC ce qui correspond au même résultat que le fondant en valeur relative : 26,37 % sur le HT (TVA à 5,5 %) ou de 25 % sur le TTC.

Sur la base des mêmes paramètres et considérations que le « fondant de volaille », on estime, en revanche, que le prix de vente de ce produit ne doit pas dépasser 19 €. Au-delà de ce prix, grande est la crainte de ne pouvoir le vendre


Grégory Messer

Restaurateur depuis plus de 15 ans, j'ai ouvert 5 restaurants, du bistrot, au restaurant asiatique à la brasserie chic, je partage aujourd'hui mon expérience avec vous à travers mes livres et ce site.

1 Commentaire

  1. constantine Boué
    27 novembre 2016

    je suis hĂ´telière et j ‘exerce dans une rĂ©sidence hĂ´telière et j’aimerais partager votre expĂ©rience

    RĂ©pondre

Ecrire un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *